ARTISET - Informations spécialisées - Habitat protégé

Habitat protégé

Habitat protégé en Suisse – Les fondements d’un modèle

Étude mandatée par CURAVIVA Suisse, senesuisse, Pro Senectute Suisse, Aide et soins à domicile Suisse.

Lorsque, avec l’âge, les tâches quotidiennes deviennent pénibles ou que l’organisation même du quotidien devient une tâche insurmontable, des offres ambulatoires (aide et soins à domicile) et stationnaires (homes) offrent leur soutien. Ces dernières années, l’habitat protégé est de plus en plus cité comme troisième forme de soins de longue durée. Mais la notion d’habitat protégé elle-même reste floue. Il manque des dispositions légales, et de grandes différences régionales concernant l’envergure de l’offre et les organes responsables des institutions entravent les discussions.

CURAVIVA Suisse, senesuisse, Pro Senectute Suisse et Aide et soins à domicile Suisse se sont par conséquent penchées sur la notion d’« habitat protégé », dans le cadre d’un projet commun. Les enseignements de la littérature spécialisée ont été compilés, des interviews avec des expertes et des experts ont été menées et un sondage auprès des professionnels des soins de longue durée et des politiques a été réalisé et analysé.

Les avis sont unanimes concernant l’offre de l’habitat protégé en matière de logement. Elle comprend principalement des logements sans obstacles de 1, 2 et 2½ chambres avec leur propre cuisine et salle de bains/WC. Nouvellement, le soutien en matière d’accompagnement et de soins dans l’habitat protégé est subdivisé en quatre catégories. Les prestations de la catégorie D se limitent à une simple aide au ménage. La catégorie C met l’accent sur le maintien et le développement des facultés de la personne. Un professionnel est à disposition en tant qu’interlocuteur. Dans la catégorie B, les prestations couvrent tous les aspects des soins et de l’accompagnement. Les ressources disponibles de la personne et de ses proches, ainsi que les facteurs et les risques pour la santé sont déterminés systématiquement. Des professionnels sont disponibles 24 heures sur 24 pour cela. L’habitat protégé de catégorie A permet de rester dans son logement familier jusqu’à la fin de sa vie. L’équipe de soutien est complétée par des professionnels spécialisés dans les soins palliatifs, la démence sénile, les maladies psychiques ou les dépendances. Dans les catégories A et B, l’effet sur les capacités à assurer ses propres soins ainsi que la qualité de vie des résidentes et des résidents sont systématiquement évalués. Dans toutes les catégories, la mesure dans laquelle la dignité et le sentiment d’autonomie peuvent être maintenus dans l’habitat protégé fait office de critères de qualité.

Coûts de l’habitat protégé

Étude complémentaire mandatée par CURAVIVA Suisse, senesuisse, Aide et soins à domicile Suisse, ASPS.

Dans le domaine de l’habitat et des soins aux personnes âgées, l’importance de l’habitat protégé (habitat avec services/prestations) a augmenté au cours de ces dernières années, en tant que troisième forme d’habitat entre l’habitat à la maison, avec soins ambulatoires et assistance, et l’habitat avec soins stationnaires dans une institutions. Une tendance similaire s’observe pour les personnes en situation de handicap, allant de l’habitation en institution vers une habitation la plus autonome possible, avec un soutien individuel.

Même si l’offre et la demande ne cessent de croître dans l’habitat protégé, des questions importantes relatives au financement restent non résolues. L’étude du bureau BASS présentée à ce congrès spécialisé calcule pour la première fois les coûts de l’habitat protégé en Suisse et esquisse des amorces de solution pour son financement. Elle jette ainsi les bases pour des débats techniques et politiques approfondis.

Sur la base de données empiriques, les auteurs de l’étude ont analysé et calculé les coûts de quatre groupes de prestations pour quatre différents niveaux de soins et d’assistance. Ces quatre niveaux de l’habitat protégé se distinguent par l’envergure de l’offre et le degré de fourniture de soins. Les coûts moyens vont de 2'365 à 9’894 francs par mois, en fonction du niveau (cf. tableau ci-après).